Grisor - Hotline-4255 - HD.jpg

HOTLINE

Grisor

Comment et pourquoi vouloir faire tenir une pierre peinte en équilibre sur le fil d’une lame de métal ? Il me semble entrevoir dans ce dispositif l’essence même du travail de Dominic Grisor. Tout dans celui-ci est, en effet, recherche d’équilibre. Ici dans un arrangement aussi instable qu’improbable ; ailleurs entre ligne et surface, relief et plan ou figuration et abstraction. 
Comment faire tenir ? N’ai-je pas souvent entendu l’artiste dire, en considérant tel ou tel de ses travaux : « ça tient ! » Expression assez usuelle chez les plasticiens, mais qui prend chez lui une valeur toute particulière. Car il s’agit bien de cela : faire tenir ensemble. Formes et couleurs dans l’espace d’abord, par une sorte de jeu savant et magnifique. Ou encore signes et choses dans la recherche de subtiles correspondances symboliques. 
Et pourquoi vouloir « faire tenir » ? Parce qu’il y a, me semble-t-il, dans le travail de Dominic Grisor la quête obstinée de relations, de combinaisons qui pourraient dévoiler un peu de la structure profonde du monde. Ainsi, « faire tenir » reviendrait pour lui à s’accorder à un ordre mystérieux de l’univers dont il tirerait le secret de l’exercice d’une vision. Enfin, vouloir « faire tenir » car, au-delà de ses seules images, il en irait aussi du maintien d’une certaine ordonnance des choses, empêchant ainsi que le monde ne se défasse.

Dominique Tourte