« Rationally and emotionally charged » comme il se définit lui-même, Jan van Munster voit en la lumière une incarnation de cette énergie qu’il sculpte, dessine, assemble... tandis qu’il la ressent. Ondes magnétiques, électroencéphalogrammes, balancements, sensations de froid ou de chaleur sont la matière première de ses œuvres et de son processus de création. Energie ressentie ou pensée, sensorielle ou visuelle, qui interpelle, saisit les sens mais aussi l’esprit du spectateur. Tout à cette médiation sur l’énergie, l’art de Jan van Munster est également celui de l’interaction et d’une constante quête d’équilibre -entre la clarté et l’obscurité, le chaud et le froid, le positif et le négatif, le « moi » et le « toi ». 

 

 

« La ligne ondulante est un thème récurrent dans l’œuvre de Van Munster. En 1995, l’artiste passe un EEG (électroencéphalogramme) - non parce qu’il est malade, mais par curiosité, pour savoir ce qu’un EEG peut signifier dans sa recherche du « court-circuit ». Vingt-quatre électrodes sont placées sur son crâne. La liste d’exigences dont il se munit en se rendant chez le médecin (« mettez-moi en colère, frappez-moi, excitez-moi, soyez gentil avec moi ») est jetée sans merci à la poubelle. Van Munster devra subir d’autres tests. Il est mis de façon artificielle en état d’hyperventilation, endormi et bien plus encore. Le résultat en est un livre épais, rempli de lignes ondulantes sur des centaines de pages -une vraie « mine d’or » pour l’artiste. Aujourd’hui encore, il s’inspire de ces impulsions électriques projetées par son cerveau il y a plus de vingt ans. » 

 

Lucette ter Borg